Corsaires basques

 

Les corsaires        

        Avant tout il faut se remettre en mémoire ce qui différencie les corsaires des pirates.Le corsaire travaille pour le compte du roi en attaquant les navires ennemis et en les pillant. Le pirate travaille pour son propre compte, mais illégalement, s'il se fait attraper c’est la torture et la peine de mort. Si un corsaire venait à combattre un navire de son propre roi il serait alors considéré comme un pirate.


Pillage légal:

        Dès que la guerre est déclarée, les corsaires reçoivent des " lettres de marque " ou des " lettres de représailles " qui leur donnent le droit de capturer les vaisseaux de commerce de la nation ennemie.

Quelques corsaires:

        Du XVIème au XIXème siècle, les corsaires basques firent du golfe de Gascogne un véritable " nid de vipères" au dire des Anglais. Ils connurent leur âge d'or pendant les guerres des règnes de Louis XIV et Louis XV. Les corsaires Cépé, d'Elissagaray, Jean d'Albarrade, Pellot Montvieux, Chiban, Etchepar et Harnanader sont les corsaires les plus renommés de St-Jean de Luz. Mais aussi Michel Etchegorria (Michel-le-Basque), Jean-Baptiste Lafitte, Ducasse, Darribeau, Cépé et d'Elissagaray qui ont été reçus et félicités par le roi Soleil. Jean d'Albarrade termina sa carrière de ministre de la Marine en 1794.
Pour mémoire:
        Le dernier corsaire en date, Pellot Montvieux dit "le renard basque", s'est éteint en 1856. Le 12 décembre 1773 à St-Malo, naît un corsaire du nom de Robert Surcouf. A 23 ans, il attaque son premier navire. A 26 ans, il saisit le Kent et devient le cauchemar des anglais. Il meurt de maladie le 8 juillet 1827 à 54 ans, il est enterré à St-Malo.

 Michel le Basque 'Histoire du corsaire Michel le Basque'

 
French (Fr)English (United Kingdom)